Un jardin partagé

POUR LE LYVE

A propos...

Entretien avec Olivier Beuscart et Elie Lombard, respectivement graphiste et paysagiste éco-concepteur pour l’association Racines Communes. Ce sont eux qui ont rédigé le guide du jardinage écologique et animé l’atelier de plantation à destination du LYVE de Givors.

Bonjour à vous deux. Tout d’abord, pourquoi animer un atelier dans ce potager qui existait déjà ?

Elie : En effet lorsque nous sommes intervenus pour cet atelier (qui devrait être le premier d’une série), certains éléments du potager étaient déjà en place. Les anciens bambous avaient été arrachés par les résidents eux-mêmes, les bacs vides mis en place. Mais on ne peut pas dire que le potager en soi était déjà existant. Toutefois, la dynamique de l’équipe des résidents du LYVE était, elle, déjà bien installée. La motivation était clairement au rendez-vous, cela fait plaisir à voir !
Par ailleurs, même pour un potager partagé en place depuis plusieurs années, il est toujours possible de faire intervenir ponctuellement un professionnel. Cela permet de bénéficier d’un regard extérieur, mais aussi de recevoir des conseils d’un expert. C’est aussi l’occasion d’avoir une approche transversale, de connecter nos actions avec le contexte, d’ouvrir un peu les possibles du projet, parfois de relancer une dynamique lorsque les groupes d’amateurs s’essoufflent un peu.
Lors de cet atelier nous avons abordées les bases essentielles pour réussir des plantations, nous avons remplis les bacs, plantés ces derniers mais aussi implanté des arbustes autour afin de créer de l’ombre et de rendre l’espace d’entrée plus accueillant. Nous avons vu ensemble comment entretenir au mieux nos plantations et comment choisir de nouvelles plantes adaptés au contexte. Les participants étaient enthousiastes !

Pourquoi un potager en bacs ? J’ai entendu dire que cela ne facilitait pas l’arrosage ?

Elie : Il est vrai que même si c’est souvent plus confortable pour le dos, les potagers en bacs ont tendance à sécher plus vite, les parois des bacs étant exposées à la chaleur du soleil et au vent. Mais le sol étant pollué, hors de question de cultiver des aliments dedans. C’est aussi pour cette raison que nous avons sélectionné un maximum de végétaux résistants à la sécheresse, et bien sûr que nous avons paillés. Ce fût l’occasion lors du premier atelier de rappeler l’importance de la préservation de la ressource en eau. Nous avons d’ailleurs trouvé dommage que ce bâtiment si moderne et « bioclimatique » ne propose pas une possibilité de récupérer les eaux de pluie des toitures…

Vous avez aussi édité un livret, à destination des entrepreneurs cette fois. Serait-ce votre marque de fabrique ?

Olivier : Cela pourrait le devenir en effet ! Une fois de plus, l’objectif est double : transmettre des connaissances aux résidents, mais aussi, nous l’espérons, essaimer au dehors du LYVE de Givors, au travers des familles, des visiteurs du LYVE, … C’est aussi la raison d’être du panneau extérieur d’accueil au potager, qui attire l’attention sur cette partie du projet de la pépinière d’entreprise.
Nous avons prévu d’animer des ateliers avec eux, pour leur transmettre un certain nombre de gestes et de connaissances. Mais le gros du travail c’est eux qui le fournissent ! Le livret est donc là pour compléter les ateliers, pour donner du contenu supplémentaire, pour s’y référer lorsque nous ne sommes pas là. Nous avons bien conscience qu’aujourd’hui sur internet il est possible de trouver quantité d’information. Mais dans ce livret nous faisons le tri et nous donnons beaucoup de mots clés, utiles eux pour permettre aux curieux d’aller plus loin, de trouver du contenu complémentaire. Nous adoptons également une approche transversale et adaptée à leur site. Cela n’est, je pense, pas prêt d’être remplacé par internet.

"Participer à un jardin partagé, et surtout en ville, c’est aussi se former un minimum à l'écologie"

On m’a aussi parlé d’un panneau intérieur. Pouvez-vous l’expliquer aux lecteurs ?

Olivier : C’est encore une fois un contenu dans cette idée d’approche transversale. Parce que dans jardinage partagé, il y a aussi la notion de partage, de communication au sein du groupe. Nous sommes allés visiter les locaux afin de comprendre les flux de circulation, les moyens qu’utilisent les entrepreneurs pour communiquer entre eux afin de trouver ensemble (paysagiste et communicant) l’outil de communication qui leur était le plus adapté. Nous avons, avec les résidents de David Rincon, opté ensemble pour un tableau polyvalent, installé près du coin repas, permettant à la fois de se laisser des mots et d’informer des tâches à faire, du calendrier de l’année, des évènements à venir.

Pour terminer, quelles ouvertures ou évolutions percevez-vous au travers de ce type de projets ?

Elie : Cela me rassure, même s’il faudrait aller plus vite au vu de l’urgence écologique, économique et sociale, surtout au vu du contexte actuel (le coronavirus, ndlr.). Les urbains et les politiques comprennent que le jardinage ne se limite pas au potager à la maison, et qu’il peut remplir beaucoup plus de rôles dans notre société si on décide de lui offrir la place qu’il peut mériter. Participer à un jardin partagé, et surtout en ville, c’est aussi apprendre à gérer un espace contraint, se former un minimum à l’écologie, expérimenter un certain type de relations sociales voire politiques, apprendre à consommer et s’alimenter autrement, entre autres. Cela fait plaisir de participer à cet élan, à mesure de ses moyens.

Feuilleter

Le guide du jardinage écologique

Le Guide du jardinage écologique a été rédigé par Elie Lombard - Atelier Mycélium
La conception graphique du livret et sa mise en page ont été réalisées par Olivier Beuscart - Com Own

L’association Racines Communes tient à remercier pour leur confiance les partenaires qui nous ont transmis les moyens financiers nécessaires à l’aboutissement qualitatif de cette opération :

Ça vous plaît ?

Participez au projet !

Vous souhaitez avoir plus d'informations sur nos projets ? Rejoindre ou tout simplement soutenir l'association Racines Communes ? Alors n'hésitez pas à prendre contact avec nous !


© 2019-2021 Racines Communes. Tous droits réservés.