Un livret pédagogique

POUR DES SCOLAIRES

A propos...

Comment créer un livret sur le jardinage écologique à destination de scolaires ? Quelles démarches ont guidé la création de ce support ?

Entretien avec Elie Lombard, paysagiste éco-concepteur, et Olivier Beuscart, graphiste, créateurs du « Manuel du petit jardinier ».

Bonjour Elie et Olivier. Tout d’abord pourquoi un livret ?

Elie : L’intervention était prévue pour des classes de CP – CE2. Nous voulions, en plus de notre intervention orale, proposer un support pédagogique qui reste après l’atelier de plantation. Nous souhaitions un format simple à lire, coloré et ludique, qui donne envie de rouvrir le livret, même longtemps après l’atelier. Pour se documenter, se poser de nouvelles questions, …

Olivier : Les livrets ont été lus avec les institutrices en classe, puis ont été rapportés dans les cartables. C’était notre intention : créer des temps d’échanges entre les élèves, mais aussi à la maison. Et au travers du livret et de ses jeux, apporter des questionnements comme « Maman, pourquoi on ne fait pas de compost ? », « Papa, pourquoi mange-t-on des tomates  ? Nous sommes en décembre ! ». Le temps presse, nous devons changer nos comportements. 

Qu’est-ce qui vous a guidé lors de la mise en page et la création du contenu ?

Olivier : Nous avons souhaité donner naissance à un livret qui donne envie d’être lu, relu. Un objet qualitatif que l’on conserve dans sa bibliothèque, et que l’on peut relire en grandissant. Les contenus s’adressent à un public large : du CP aux adultes. Pour cette raison, il y a beaucoup d’illustrations, de petits détails, comme le jeu avec Armata !

Elie : C’est un jeu transversal à toutes les pages du livret, avec une collembole à retrouver, à la manière de « Où est Charlie ? ». C’est cette même collembole qui nous accueille au début du livret, et qui parle parfois directement au lecteur. C’est un bon exemple de notre approche ludique : avant ce jeu, quel enfant avait entendu parler d’une collembole ? Maintenant, certains s’en souviendront. Les adultes curieux comprendront pourquoi elle se prénorme « Armata ». Mais surtout, tous les enfants retiendront que dans le sol vivent de nombreux petits êtres vivants, et qu’il faut en prendre soin !

Olivier : Lors de la mise en page, nous avons tenu à être esthétiques, mais aussi précis techniquement. C’était la mise en application du souhait de Racines Communes : confier la réalisation de ce livret à un paysagiste et un professionnel de la communication, pour qu’ils travaillent de concert afin d’obtenir le résultat le plus précis et qualitatif possible. Elie a tout particulièrement veillé à ce que nous utilisions les bonnes photos. Par exemple, lors de la réalisation de la frise historique dans « À quoi ça sert de jardiner ?», il s’est servi de ses compétences d’illustrateur pour créer des personnages habillés selon les époques, cultivant des espèces végétales cohérentes avec leurs temps, dans des paysages évoquant eux aussi les bonnes périodes. On peut dire qu’il a le souci du détail ! Mais nous sommes deux là-dessus, ces petits détails, c’est aussi cela qui fait que l’on n’apprend pas n’importe quoi aux enfants, c’est très important au final.

"Ces petits détails, c’est aussi cela qui fait que l’on n’apprend pas n’importe quoi aux enfants, c’est très important au final"

Pourquoi aborder ces thèmes en particulier ?

Elie : Bien sûr il fallait parler de jardinage. Mais aujourd’hui il n’est plus possible de transmettre des notions de bases de jardinage sans parler d’écologie ! Il nous était important de transmettre ces valeurs, d’ailleurs déjà portées par le Grand Lyon, à cette échelle. Au début du livret, on explique le contexte du jardinage. On parle d’histoire des jardins, d’écologie, de botanique. On parle aussi d’ethnobotanique au travers du jeu « le tour du monde des petits jardiniers ». Enfin on aborde des thèmes plus palpable au jardin : la vie du sol et l’influence des saisons. Il est vrai qu’on ne donne pas de conseils de jardinages à proprement parler. Mais c’est un choix. Nous ne voulions pas faire de doublons avec ce que nous leur avons transmis lors de l’atelier plantations. Et puis notre idée était de profiter de ce temps de lecture enfants-instituteurs et enfants-adultes pour leur poser des questions de fond, des questions qu’on ne leur avait peut-être jamais posé sous cet angle, et que nous n’avions pas le temps d’aborder au cours de notre atelier d’une heure et demie !

Pour conclure, un dernier mot, qu’est-ce que vous pourriez dire qui a guidé votre publication ? Un conseil pour le prochain livret ?

Olivier : S’amuser en travaillant ! Je pense que c’est parce que l’on s’est permis de faire des blagues lors de la rédaction des contenus, de partir dans des petits délires en cours de création de ce livret, qu’il peut à son tour donner envie de sourire et d’apprendre. Puis avoir conscience que nous posons des questions aux enfants, mais aussi aux adultes : à la fois leurs parents, mais aussi à eux-mêmes, lorsqu’ils seront adultes. On sait que parfois un livre que l’on a lu, ou une phrase que l’on a entendu en étant enfant nous marque pendant longtemps. Nous espérons, pour certains enfants et adultes, faire partie de ceux-là !

Feuilleter

Le manuel du petit jardinier

Le livret du petit jardinier a été rédigé par Elie Lombard - Atelier Mycélium
La conception graphique du livret et sa mise en page ont été réalisées par Olivier Beuscart - Com Own

L’association Racines Communes tient à remercier pour leur confiance les partenaires qui nous ont transmis les moyens financiers nécessaires à l’aboutissement qualitatif de cette opération :

Ça vous plaît ?

Participez au projet !

Vous souhaitez avoir plus d'informations sur nos projets ? Rejoindre ou tout simplement soutenir l'association Racines Communes ? Alors n'hésitez pas à prendre contact avec nous !


© 2019-2021 Racines Communes. Tous droits réservés.