Lexique

Jardin de l'ENS Lyon, réalisé par Gilles Clément, écrivain et paysagiste.

Rechercher dans les définitions (terme ou expression)
Commence par Contient Terme exactSe prononce comme
Terme Définition
Agriculture biologique

Système d’agriculture s’appuyant sur les mécanismes de la vie organique. Aujourd’hui, souvent en opposition à l’agriculture “conventionnelle”.

"Essayer la nourriture biologique, ou comme nos grand-parents l'appelaient : la nourriture"

Alluvion

Dépôts (cailloux, sables, boues) provenant d'un transport par des eaux courantes. On parle aussi de dépôt alluvial.

Arbre

Etre vivant végétal composé en partie de bois, de taille très variable dont le tronc se garnit de branches à partir d’une certaine hauteur. Un arbre peut vivre plusieurs centaines d’années. Les arbres jouent un rôle majeur dans le fonctionnement écologique de la planète terre.
(Voir aussi : Arbre urbain)

Arbre urbain

L’arbre urbain est un être vivant végétal, composé en partie de bois. Il est réputé utile pour le bon fonctionnement de la ville. Il est considéré comme un bien d’intérêt public et général. Il est soumis à une forte pression humaine (tailles, chocs, pollution, dégradations diverses, …). En moyenne, un arbre urbain meurt au bout de trente ans.

Art des jardins

Catégorie de l’art humain, regroupant et catégorisant les différents styles de jardins réalisés par l’homme au cours de son histoire. Il existe de nombreux styles de jardins au travers des époques et des cultures.

Biodiversité

De “bio” la vie, et “diversité. La biodiversité exprime la totalité de la diversité des formes de vies présentes dans un endroit donné.

Bulbes

Il s’agit d’une tige souterraine verticale qui résulte de la tubérisation de feuilles ou de graines de feuilles. Le bulbe est utilisé comme organe de stockage de nourriture par une plante à dormance (exemples de plantes à bulbes : oignons, ail, tulipes, lys, …). Dit autrement, le bulbe est un organe végétal souterrain qui a transformé des feuilles en organes de réserve.

Il existe différentes formes et tailles de bulbes. Certains sont couramment consommés, tel que l’oignon, l’ail, l'échalote, ... (Crédit photo : www.brockwellgreenhouses.org.uk)

Carl von Linée

Il est le naturaliste suédois (1707-1778) qui a posé les bases du système actuel de classement des êtres vivants selon des familles et des noms latins notamment.

Sur les billets de 100 Kronor (la couronne suédoise), on peut lire la devise du célèbre naturaliste ""omnia mirari etiam tritissima" - "Trouver merveille dans chaque chose, même les plus communes".

Collembole

Animal mesurant en moyenne 2 à 3 millimètres, dont certaines espèces jouent un rôle clé dans la vie du sol. Elles participent activement à la dégradation de la matière organique (surtout les feuilles mortes) en forme assimilable par les végétaux. Ils jouent un rôle essentiel dans la circulation des nutriments du sol.

Il existe de nombreuses espèces de collemboles, ici Dicyrtomina signata.

Compost

Du latin “compositus” : mélanger, mêler, arranger (comme compote, composer, composter). Matériau issu d’un processus de dégradation de la matière organique nécessitant de l’air, de l’humidité, et un équilibre des matières organiques à dégrader. Le compostage est une pratique humaine, utilisé dans le cadre du jardinage. (Voir aussi : humus)

Dioïque

Se dit des plantes dont les fleurs mâles et les fleurs femelles se trouvent sur des pieds séparés. Exemples de plantes dioïques : le houblon, le palmier dattier, le ginkgo.  
Voir aussi Monoïque

Ecologie

Science qui étudie les relations entre les êtres vivants entre eux et le lieu dans lequel ils vivent.

Faille de timidité

Aussi appelé “fente de timidité”, ce terme désigne un phénomène étonnant (et encore mal compris) : les frondaisons de certains arbres n’entrent jamais en contact, dessinant ainsi des sortes de frontières de 10 à 50 cm entre les feuilles. Ce phénomène a été étudié pour la première fois dans les années 60 en Australie, et on lui a donné le nom de “crown shyness” (timidité des cimes).

Ce phénomène reste encore inexpliqué, bien que quelques hypothèses soient mises en avant. Il est peut être possible que certains feuillages produisent des gaz inhibant leurs voisins, ou bien que le balancement des branches sous l’effet du vent inhibe les bourgeons extérieurs en les frottant sur les branches voisines.

(Crédit photo : Shutterstock)

Hermaphrodite

(Botanique) Se dit de plantes dont les organes mâles (étamines) et femelles (pistil) sont situés dans la même fleur. Exemples : le rosier, les courges, la vigne, ...

Hormones

Ce sont des substances biologiques synthétisées par des cellules endocrines (= “sous la peau”). Contrairement aux phéromones, généralement les hormones circulent à l’intérieur de l’individu qui les émet. Elles servent de messagers chimiques entre les différents organes dans un organisme vivant. Chez les végétaux, les hormones sont soit véhiculées par la sève, soit transportées par les cellules, soit diffusées entre les cellules dans la paroi ou vers l’extérieur.

Humus

Terre brune noirâtre provenant de la décomposition des végétaux. On trouve surtout l’humus dans le sol des forêts et des sous-bois. L’humus est d’origine naturelle, le compost résulte d’une intervention humaine.

Hydroponie

Technique de culture forcée dite “hors-sol”, où les racines des plantes baignent dans une solution liquide très riche en minéraux (sous forme d’engrais). Ce type de cultures, à la santé fragile, est très souvent traité avec des produits chimiques de synthèse.

À force de passer leur vie dans des tours en verre, de plus en plus de métropolitains cherchent eux aussi à renouer un contact physique avec la terre.

Monoïque

Contrairement aux plantes dioïques, les plantes monoïques possèdent des fleurs mâles et femelles en des endroits différents d’un même pied. Exemples de plantes monoïque : le noisetier, le maïs, …
Si les organes mâles et femelles sont regroupés dans la même fleur, on parle alors d’une plante monoïque hermaphrodite.
Voir aussi Dioïque

En rouge, les fleurs femelles du noisetier (les aviez-vous déjà observées? Le printemps prochain, émerveillez-vous avec une loupe !), en jaune, les “chatons” composés d’étamines et libérant du pollen. (Crédit photo : http://macrophotoplaisirpassion.blogspot.com)

Mycorhize

Type particulier de symbiose, extrêmement fréquent, associant une espèce de champignons aux racines d’une espèce végétale.

Naturaliste

Personne étudiant les sciences naturelles, telles que la botanique (les végétaux), la zoologie (les animaux), la minéralogie (les minéraux), la mycologie (les champignons), voire l’astronomie (les astres).

Nodosités

Les nodosités, ou nodules, sont une tumeur formée sur les racines de plusieurs espèces de plantes (lupin, soja, …) sous l’action de bactéries symbiotiques. Ces bactéries participent à la fixation de l’azote et peuvent le convertir en ammoniac, assimilable par la plante, qui va l’utiliser pour produire des acides aminés dans l’objectif de synthétiser des protéines et d’autres composés essentiels à la plante. En échange de l’azote fixé par les bactéries, la plante hôte va fournir le malate extrait de son processus de photosynthèse.
La famille des FABACEAE se distingue notamment par la présence de nodosités dans les racines. C’est pour cela que l’on utilise les fabaceae (haricots, pois, luzerne, …) dans la rotation des cultures, car ils fixent l’azote de l’air dans le sol (à condition d’y laisser se décomposer les racines).

Ci-contre, les nodosités du trèfle blanc. En observant leur couleur sur le trèfle, on peut comprendre si la fixation d’azote a eu lieu. En rose, on en déduit la présence de leghémoglobine, une protéine intervenant dans la fixation d’azote. En blanc, absence de la protéine. Ce phénomène n’est pas observable à l’oeil nu sur toutes les FABACEAE. (Crédit photo : https://www.paysan-breton.fr)

Phéromones

Ce sont des substances chimiques émise par la plupart des animaux mais aussi par certains végétaux. Ces substances agissent comme des messages entre les individus d’une même espèce ou d’espèces différentes. Globalement, à l’inverse des hormones, les phéromones sont destinées à communiquer avec des organismes extérieurs, autres que celui à l’origine du message.

Photosynthèse

La photosynthèse décrit un phénomène chimique de biologie végétale. Au cours de cette réaction bioénergétique, grâce au gaz carbonique et à l’eau contenu dans l'atmosphère ainsi qu’à la lumière du soleil, les végétaux sont capables de synthétiser des sucres. La formule chimique de la photosynthèse est 6CO2 + 6H2O + Lumière du soleil = C6H12O6 + 6O2
Ce mot puise ses racines dans le grec φῶς phōs « lumière » et σύνθεσις sýnthesis « combinaison ».
En tout, les organismes photosynthétiques de la planète assimilent chaque année entre 100 et 115 milliards de tonnes de carbone en biomasse. Quand on vous dit que les forêt c’est important (ne serait-ce que pour ce rôle là), c’est pas des conneries !
Si on entre dans les détails, il existe différents types de photosynthèse. Nous parlons ici de la photosynthèse dite oxygénique, celle réalisée par la majorité des végétaux connus.

En combinant tous les types de photosynthèse connus à ce jour, la puissance moyenne captée par la photosynthèse à l’échelle du globe chaque année avoisine les 130 térawatts. Ce qui équivaut à environ six fois la consommation énergétique de l’humanité.

La feuille est l’organe spécialisé dans la photosynthèse chez les plantes à graines. (Crédit photo : Jon SullivanPdPhoto)

Rhizomes

Ce sont les tiges renflées souterraines (et parfois subaquatiques) remplies de réserves alimentaires de certaines plantes vivaces comme les iris, le gingembre, le manioc, les asperges ou encore le galanga.

Ici, des rhizomes de Galanga. (Crédit photo : http://www.phytonpathos.net)

Sève

Liquide circulant à l’intérieur de certains végétaux, entre leurs différents organes. La sève permet de redistribuer les substances fabriquées à partir de la photosynthèse.

Sol

Le sol est la couche terrestre la plus superficielle (en surface). Le sol est vivant. Il abrite une faune et une flore extrêmement variées et encore trop peu connues.  L’étude scientifique du sol s’appelle la pédologie. La géologie étudie les couches profondes : les roches. 

Dans une cuillère à soupe de sol sain, il y a plus d'être vivants que d'humains sur la planète

Système racinaire

La racine est l’organe souterrain par lequel une plante se fixe dans le sol et y puise l’eau et les éléments nutritifs dont elle a besoin pour son développement. On parle de système racinaire pour désigner l’ensemble des racines d’un végétal. Il existe différents types de racines, et aussi différents types de systèmes racinaires.

Tiers-paysage

(Notion inventée par le paysagiste Gilles Clément, paysagiste et écrivain français du XXIème siècle). C’est la somme des espaces où l’homme abandonne l’évolution du paysage à la seule nature (friches, marais, landes, bords de routes, lieux inaccessibles, déserts, parcs nationaux, ...). Le tiers-paysage représente un espace privilégié pour accueillir la biodiversité. Il apparaît dès lors comme un réservoir génétique de la planète. 

Le terme de Tiers-Paysage ne se réfère pas au Tiers-Monde mais au Tiers-Etat. Il renvoie au pamphlet célèbre de l’Abbé Siéyès :
- Qu’est-ce que le Tiers-Etat ?
- Tout
- Quel rôle a-t-il joué jusqu’à présent ?
- Aucun
- Qu’aspire-t-il à devenir ?
- Quelque chose.

Conseil de lecture : “Manifeste du Tiers-paysage” - CLEMENT Gilles, 2003. Téléchargeable gratuitement sur www.gillesclement.com

Tubercules

Il s’agit d’une tige souterraine verticale qui résulte de la tubérisation d’entre-noeuds ou de l’extrémité d’une tige. Le tubercule est un organe de réserve permettant d’assurer la survie des plantes lors de conditions rudes (hiver ou périodes de sécheresse). Par exemple la pomme de terre, le topinambour, la patate douce, ...

Ci-contre, des variétés locales de pommes de terres dans les andes (Amérique du Sud). (Crédit photo : cynthiabellacero.wordpress.com)


© 2020 Racines Communes. Tous droits réservés.